FFMVT

*

le mot du Dr Raouf Ghozzi
Président de la FFMVT

 

La Médecine a vécu des évolutions et des révolutions ces dernières décennies.
Nos découvertes scientifiques ont permis de gagner en espérance de vie.
Un élément intéressant est aussi l’attribution du Prix Nobel de Médecine 2015 à Youyou Tu, chercheuse en pharmacie chinoise, pour l’Artemisine découverte en 1972, une substance active issue de la plante chinoise Artemisia annua dont les vertus médicinales sont connues depuis des millénaires en Chine et qui s’avère, aujourd’hui, être un traitement de référence contre le paludisme.
Lorsque la Science s’ouvre aux diverses approches et cultures, elle peut en extraire le meilleur.

Pour ma part, je suis médecin interniste et infectiologue. J’ai choisi la Médecine Interne car elle est très vaste et passionnante. Elle a l’ambition de décrypter toutes les maladies et de toujours apporter une réponse thérapeutique.
Et pourtant, dans ma pratique quotidienne, depuis plusieurs années, je suis confronté à une problématique humaine et scientifique encore non résolue. En effet, de nombreux patients, en souffrance globale et sans diagnostic, voient leur vie basculer d’un point de vue professionnel et très souvent personnel. J’ai constaté personnellement, avec je l’avoue des propositions thérapeutiques non basées sur les preuves scientifiques, des évolutions spectaculairement favorables avec des traitements allopathiques et/ou naturopathiques.
Bien sûr, un certain nombre de confrères évoquent un phénomène « placebo » mais lorsque la proportion de patients concernés par cette rémission ou amélioration frôle les 80%, il y a lieu de se poser des questions ! A l’évidence, nous manquons de connaissances scientifiques sur une ou plusieurs pathologies reliées ou non qui intègrent les Maladies Vectorielles à Tique.
Les Borrélioses sont une partie émergée voire immergée de la problématique.
Un autre élément important de mes considérations, est la relation d’écoute et de confiance réciproque entre le patient et le soignant. En effet, cette maladie est sournoise, insidieuse car on a le plus souvent des symptômes subjectifs ainsi que des bilans paracliniques normaux. De ce fait, l’authenticité des troubles est remise en question et par défaut, les diagnostics psychosomatiques sont avancés en premier lieu.

Dans un premier temps, grâce à la persévérance des patients et de certains praticiens, des résultats encourageants ont été obtenus mais ils restent encore insuffisants.
La deuxième étape doit consister à rallier ces patients authentiquement malades, en souffrance, à l’ensemble des médecins et chercheurs pour parvenir à décoder les mécanismes pathogéniques de ces maladies complexes et aboutir à l’élaboration de protocoles de traitements les plus efficaces.

Quelles que soient les avancées futures, une fois encore, cette entité pathologique nous aura rappelé un des fondements principaux du serment d’Hippocrate :
la Considération Humaine avec l’écoute du malade mais aussi l’Humilité et la Persévérance…..

Dr Raouf Ghozzi
Président de la FFMVT

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

le mot du Pr Christian Perronne

 

La maladie de Lyme et les maladies associées sont en train de remettre en cause beaucoup de certitudes dans la pratique médicale.
Depuis quelques décennies, la médecine a voulu devenir de plus en plus scientifique avec une exigence de preuves à tous les niveaux.
Les méthodologistes ont cherché à faire rentrer toutes les problématiques médicales dans des équations mathématiques en mettant en avant la toute puissance de la statistique.
C’est ainsi qu’est née la médecine basée sur les preuves, ou médecine factuelle, dont les concepts deviennent une référence universelle.

On a cependant oublié que la médecine factuelle a été conçue comme un trépied comprenant les résultats scientifiques publiés des études, l’expérience du médecin et le désir du malade.
Aujourd’hui, les médecins tout comme les autorités de santé ou les agences ne tiennent plus compte que du tiers scientifique, en mettant à la trappe les deux autres tiers, à savoir l’art du praticien et le ressenti des malades.

La maladie de Lyme, essentiellement transmise par les tiques, est au cœur du problème avec une majorité de signes subjectifs, c’est-à-dire non visibles et uniquement ressentis par le patient.
Si l’on ajoute des tests diagnostiques de mauvaise qualité ou calibrés pour que cette maladie reste rare, de nombreux malades restent en errance sans diagnostic précis, souvent pendant des années.

La médecine moderne soignant en priorité des résultats de scanners ou d’examens biologiques plutôt que d’écouter la souffrance des malades, on débouche sur une épidémie de « maladie imaginaire » qui détruit totalement la vie de milliers de personnes avec un retentissement profond sur leur entourage.
Si de surcroît, on se focalise sur le tiers scientifique de la médecine factuelle, on s’aperçoit qu’il existe dans les publications scientifiques internationales les éléments de preuve de l’existence de la maladie de Lyme dans sa forme chronique, toujours non reconnue officiellement, et sur la persistance de l’infection malgré des traitements antibiotiques prolongés.

Cette maladie fait entrevoir l’immense champ méconnu des infections inapparentes associées, évoquées par Charles Nicolle prix Nobel dans les années vingt, puis tombées dans l’oubli.

Puisse cette Fédération favoriser une réflexion multi-disciplinaire entre médecins, vétérinaires, microbiologistes, épidémiologistes, généticiens, immunologistes, sociologues, entomologistes et spécialistes de l’environnement, afin de faire avancer rapidement la recherche pour le diagnostic et le traitement.

Pr Christian Perronne
Département des Maladies infectieuses et tropicales
Hôpital Universitaire Raymond Poincaré, 92380 Garches

 PROCHAINS ÉVÉNEMENTS

  1. AG de la FFMVT

    sam 24 septembre - dim 25 septembre
  2. Conférence à Pau – tout public

    jeu 29 septembre | 19:00 - 21:30
  3. Conférence à Pau – réservée aux médecins

    mer 19 octobre | 20:15 - 23:00
  4. Conférence à La Bresse – tout public

    ven 21 octobre | 20:00 - 22:30

"La maladie de Lyme est sous-diagnostiquée en France"

Cette maladie transmise par les tiques est méconnue. Or, si elle n'est pas traitée à temps, elle fait des ravages, rappelle le professeur Perronne. Par Gwendoline Dos ...[suite]

« Zéro fonds, zéro recherche »

Santé - Le Professeur Christian Peronne, invité pour une conférence lors du week-end rotarien à Micropolis (15 et 16 avril) alerte sur les dangers de ...[suite]

Hommage à Annie Naidet, Présidente de LYM'P.A.C.T.

Les Associations, nombreux médecins et chercheurs de la Fédération présentent leur soutien et leurs plus sincères condoléances à tous les proches et amis d’Annie ...[suite]

Courrier en réponse à la Direction Générale de la Santé

"Nous avons bien reçu votre courrier concernant l’orientation du Ministère des Affaires Sociales et de la Santé sur la détection et la prise en charge ...[suite]

Les malades de Lyme de toutes les Associations s’unissent dans le combat

Position et priorités de la FFMVT | Plainte en justice | Actions prioritaires demandées au Gouvernement ... ...[suite]

Réponse du Pr Perronne à l’annonce du plan annoncé le 29 juin 2016

ENTRETIEN - Un plan d’action national contre la maladie de Lyme sera présenté aux associations en septembre. Proche des malades, le Pr Christian Perronne évoque ...[suite]

La FFMVT reçue au Ministère de la Santé

... ... Nous attendons, de fait, de connaître le détail des actions qui seront annoncées en septembre, ainsi que la saisine de la HAS ...[suite]

Maladie de Lyme | Le cri d'alarme de 100 médecins: "Il y a urgence"

Madame la ministre, il y a urgence Vous annoncez un plan d’action national contre la maladie de Lyme pour septembre 2016. C’est un premier pas timide ...[suite]

Assemblée Générale de la FFMVT 2016

Prochaine Assemblée Générale de la FFMVT - Fédération Française contre les Maladies Vectorielles à Tiques à Valence le Samedi et Dimanche 24 et 25 septembre ...[suite]