La Lettre de la FFMVT N°1 16.08.19

Télechargement : La Lettre de la FFMVT N°1 16.08.19  

Lire la suite...

Communiqué de presse de la FFMVT

Non informée, la FFMVT a pris connaissance a postériori du contenu de la plainte déposée par France Lyme jeudi 1er aout 2019 contre la SPILF et son président, et précise qu'elle ne s'associe pas à la démarche.   Le C.A. de la FFMVT, le 4 août 2019.

Lire la suite...

Colère des malades jusqu’au cœur du Plan Lyme

Colère des malades jusqu’au cœur du Plan Lyme 4 juillet 2019 Tandis que la situation s’aggrave sur le terrain, avec une augmentation significative du nombre de cas de maladie de Lyme diagnostiqués en France (68 530 nouveaux cas en 2018 selon les données officielles du Réseau Sentinelles), la Fédération Française contre les maladies vectorielles à tiques (FFMVT) et les associations membres constatent une stagnation du Plan Lyme et expriment leur vive déception. Lors de la réunion du Comité de pilotage du Plan Lyme du 3 juillet, elles ont pris connaissance du choix des 5 ...

Lire la suite...

Plan Lyme communiqué FFMVT du 22 juin 2019

En dépit du rapport du HCSP de 2014, des recommandations de la HAS de 2018, et de l'urgence de la situation, on ne peut que constater la quasi-inexistence des budgets alloués à la recherche en 2019. La recherche apparaît comme l’unique moyen de mettre fin à cette controverse dont les malades sont les premières victimes. Nous demandons aux députés et sénateurs de prendre toute la mesure de cette problématique de santé publique et de permettre, par leur action, que des budgets suffisants soient alloués dans les meilleurs délais à la recherche ...

Lire la suite...

Le rapport sénatorial sur la maladie de Lyme

Le rapport sénatorial sur la maladie de Lyme a été rendu public le 27 mai 2019. Il fait suite à la dizaine d'heures d'auditions de nombreux experts par une commission sénatoriale, en mars-avril 2019. La version intégrale, avec le contenu des interventions se trouve ici. La synthèse préalable, rédigée par Elisabeth Loiseau, sénatrice de la Mayenne, est remarquable. Elle rejoint largement les conclusions tirées de ces auditions par la FFMVT le 12 avril 2019. Les principales conclusions de cette synthèse (ci-jointe), sont les suivantes. Elles s'adressent aux pouvoirs publics, en particulier ...

Lire la suite...

Mot du président du conseil scientifique

Pr Christian Perronne

Département des Maladies infectieuses et tropicales
Hôpital Universitaire Raymond Poincaré, 92380 Garches

 

La maladie de Lyme et les maladies associées sont en train de remettre en cause beaucoup de certitudes dans la pratique médicale.
Depuis quelques décennies, la médecine a voulu devenir de plus en plus scientifique avec une exigence de preuves à tous les niveaux.
Les méthodologistes ont cherché à faire rentrer toutes les problématiques médicales dans des équations mathématiques en mettant en avant la toute puissance de la statistique.
C’est ainsi qu’est née la médecine basée sur les preuves, ou médecine factuelle, dont les concepts deviennent une référence universelle.

On a cependant oublié que la médecine factuelle a été conçue comme un trépied comprenant les résultats scientifiques publiés des études, l’expérience du médecin et le désir du malade.
Aujourd’hui, les médecins tout comme les autorités de santé ou les agences ne tiennent plus compte que du tiers scientifique, en mettant à la trappe les deux autres tiers, à savoir l’art du praticien et le ressenti des malades.

La maladie de Lyme, essentiellement transmise par les tiques, est au cœur du problème avec une majorité de signes subjectifs, c’est-à-dire non visibles et uniquement ressentis par le patient.
Si l’on ajoute des tests diagnostiques de mauvaise qualité ou calibrés pour que cette maladie reste rare, de nombreux malades restent en errance sans diagnostic précis, souvent pendant des années.

La médecine moderne soignant en priorité des résultats de scanners ou d’examens biologiques plutôt que d’écouter la souffrance des malades, on débouche sur une épidémie de « maladie imaginaire » qui détruit totalement la vie de milliers de personnes avec un retentissement profond sur leur entourage.
Si de surcroît, on se focalise sur le tiers scientifique de la médecine factuelle, on s’aperçoit qu’il existe dans les publications scientifiques internationales les éléments de preuve de l’existence de la maladie de Lyme dans sa forme chronique, toujours non reconnue officiellement, et sur la persistance de l’infection malgré des traitements antibiotiques prolongés.

Cette maladie fait entrevoir l’immense champ méconnu des infections inapparentes associées, évoquées par Charles Nicolle prix Nobel dans les années vingt, puis tombées dans l’oubli.

Puisse cette Fédération favoriser une réflexion multi-disciplinaire entre médecins, vétérinaires, microbiologistes, épidémiologistes, généticiens, immunologistes, sociologues, entomologistes et spécialistes de l’environnement, afin de faire avancer rapidement la recherche pour le diagnostic et le traitement.

Pr Christian Perronne
Département des Maladies infectieuses et tropicales
Hôpital Universitaire Raymond Poincaré, 92380 Garches

 

voir aussi : Le mot de bienvenue du Dr Raouf Ghozzi | Président de la FFMVT

 

Lien Permanent pour cet article : http://ffmvt.org/le-mot-daccueil-du-professeur-christian-perronne/