Une tique Ixodes ricinus femelle, sur un brin d'herbe. Elle est le vecteur de la maladie de Lyme.Bernard Ruelle/Flickr

Maladie de Lyme : bientôt un protocole national pour le diagnostic et les soins

Un nouveau protocole national est attendu pour le traitement de cette maladie transmise par les tiques. En dépit des incertitudes scientifiques, des améliorations sont possibles. Le protocole national de diagnostic et de soins (PNDS) pour la maladie de Lyme devrait être validé ces jours-ci par la Haute Autorité de santé (HAS) et aussitôt rendu public. Voilà plus d’un an que des médecins et des associations de patients y travaillent, afin de fixer les modalités de prise en charge des patients en France. Très attendu, ce protocole doit venir actualiser les bonnes pratiques ...

Lire la suite...

Maladie de Lyme : fin des tests et reconnaissance de la forme chronique ?

Dans quelques jours ou semaines, le diagnostic, le traitement et la prise en charge de la maladie de Lyme devraient changer grâce à un nouveau protocole. Selon nos informations, les tests, très contestés, seront encore utilisés mais ils ne seront plus indispensables pour le diagnostic qui reposera avant tout sur l'examen clinique. Une victoire pour les malades. Lire l'article sur sciencesetavenir.fr

Lire la suite...

Communiqué sur l’avancement du PNDS

L’attente des malades par rapport au PNDS et son contenu définitif est bien compréhensible.   Sans l’aborder dans le détail, puisqu’il n’est ni finalisé ni signé (la prochaine réunion du groupe de travail se tiendra le 8 mars), il est tout de même possible de dire qu’il comportera des avancées indéniables.   Il vise à mettre fin à l’errance et la souffrance que rencontrent aujourd’hui encore de nombreux patients, notamment à ceux dont les sérologies sont négatives mais qui présentent des symptômes évocateurs de borréliose de Lyme ou d’autres maladies vectorielles à tiques.   Ce PNDS ...

Lire la suite...

Communiqué FFMVT sur le site pour Bransten

Quelques malades interpellent la FFMVT pour demander son positionnement sur les menaces de radiation qui pèsent sur le Dr Marc Bransten. La FFMVT tient à rappeler que son combat pour la reconnaissance de la maladie de Lyme chronique et de ses co-infections et pour le soutien aux malades en grande souffrance partout en France est indéfectible. Les médecins de la FFMVT se sont engagés encore récemment pour soutenir avec force leurs confrères attaqués dans leur exercice professionnel. Alertée par des voies indirectes et non par l'intéressé, la FFMVT a appris les menaces de ...

Lire la suite...

Conférence sur la maladie de Lyme- Le Brethon-14 janvier 2018

Conférence sur la maladie de Lyme- Le Brethon-14 janvier 2018 Plus d'info ... Le président de la FFMVT viendra faire part de ses recherches et analyses sur la maladie de Lyme L' AGORA remercie le président de la FFMVT d'avoir pu se libérer pour animer les deux réunions débats qui auront lieu le 14 janvier prochain. La maladie de lyme est à l'origine de beaucoup de pathologies et n'est pas toujours détectée rapidement. Il a paru important pour l'association d'organiser cette journée d'information. Le docteur Ghozzi travaille avec le docteur Peronne qui est ...

Lire la suite...

«

»

Jan 25 2017

Article d’Alain Loriaux, membre FFMVT sur : Persistance des Borrelia … Recherches de Y. Zhang : où en sommes-nous ?

J’ai été récemment interpellé par une personne concernant la mise au point de nouvelles stratégies thérapeutiques et les recherches du Prof. Zhang.

Lymedisease.org vient de publier un article sur le sujet (novembre 2016) et j’en ai fait la synthèse, après avoir constaté une certaine confusion dans les esprits.

 

Ying Zhang est Professeur d’immunologie et de microbiologie moléculaires à l’Ecole de Santé Publique Bloomberg à l’Université John Hopkins. Il a une réputation au niveau mondial depuis les années 1990 pour avoir découvert les mécanismes de résistance contre 2 médicaments anti-infectieux utilisés chez des patients tuberculeux.

 

Aujourd’hui, il étudie les mécanismes de persistance des Borrelia, en mettant à profit ses connaissances de la tuberculose. Il a eu l’occasion d’exposer le fruit de ses recherches lors d’une conférence organisée par l’ILADS à Philadelphie (novembre 2016).

 

Il s’est intéressé aussi bien à l’évolution des patients traités par une antibiothérapie de courte durée qu’à celle des patients diagnostiqués tardivement. Il apparaît que les premiers voient une amélioration de leur état, tandis que les seconds ont plus de risques de voir s’installer des symptômes persistants.

 

Selon un sondage réalisé par Lymedisease.org, une majorité des répondants (près de 62 %), présentant des manifestations chroniques, ont reçu un diagnostic tardif, soit au minimum 2 ans. Près de 80 % ont reçu le diagnostic après minimum 6 mois d’attente. Ces résultats ont été publiés dans un article scientifique.

 

Le Prof. Zhang prend en compte les différentes pistes pouvant expliquer le syndrome « Post-Lyme »*, mais il s’est davantage occupé de la persistance des bactéries.

 

* Souvent mis en avant par les infectiologues et microbiologistes pour expliquer la persistance des symptômes après un traitement antibiotique, mais en excluant la possibilité d’une persistance de l’infection.

 

Au stade actuel de ses recherches, il a évalué la qualité des publications scientifiques dont les conclusions sont favorables à la persistance des bactéries malgré une antibiothérapie de 30 jours. Il a également mis au point une technique pour déterminer quels antibiotiques pourraient avoir une meilleure efficacité que les classiques doxycycline et amoxicilline. A ce jour, il a pu identifier 113 molécules anti-infectieuses répondant à ces critères. Il prend également en compte l’efficacité des combinaisons et des antibiothérapies pulsées.

 

Nous disposons certes d’éléments de preuves concernant les mécanismes expliquant l’échappement des Borrelia aux défenses immunitaires et leur persistance malgré une antibiothérapie. Néanmoins, ce sont des hypothèses qui doivent encore être testées et éprouvées dans de futurs essais cliniques chez l’être humain. Jusqu’ici, les expériences de Zhang et de son équipe ont surtout porté sur l’analyse de la littérature scientifique et d’expériences in-vitro. Ces recherches sont encourageantes pour l’avenir, mais l’efficacité de ces alternatives n’est pas encore démontrée ».

 

Alain LORIAUX

 

Sources :

https://www.lymedisease.org/lyme-sci-why-persister-cells-matter-with-lyme-disease/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3976119/

http://www.nature.com/emi/journal/v4/n8/pdf/emi201551a.pdf

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/?term=Zhang+Y%5BAuthor%5D+Borrelia

Lien Permanent pour cet article : http://ffmvt.org/article-dalain-loriaux-membre-ffmvt-sur-persistance-des-borrelia-recherches-de-y-zhang-ou-en-sommes-nous/